MaligneH.transilien.com est un blog de SNCF
Contribuer

Comment empêcher les arrêts fréquents des escalators de Gare du Nord ?

Escaliers mécaniques à Gare du Nord
1
Publié le 15/04/2019

Mes collègues de la Gare du Nord cherchent actuellement à comprendre et endiguer l'épidémie d'arrêts d'urgence qui touche spécifiquement les escaliers mécaniques de nos quais. Vos observations quotidiennes sont précieuses !

 

Si vous voyagez sur la ligne H depuis plusieurs années, il y a de grandes chances que vous soyez déjà tombé sur un escalier mécanique à l’arrêt sur nos quais à Gare du Nord. Et je ne parle pas là d’une panne de plus longue durée, qui peut arriver (d’ailleurs nous y reviendrons), mais d’un escalier arrêté lorsque vous vous y présentez, et de nouveau fonctionnel un peu plus tard le jour même.

On peut aller plus loin : il y a de grandes chances que cela vous soit arrivé plusieurs fois ces dernières années. C’est une question de probabilité. En effet, et ce n’est pas une faute de frappe, le record du nombre d’arrêts d’urgence sur un seul escalator de Gare du Nord pour le seul mois de mars dernier atteint 192 (quai des voies 33-34). 192 ! Et les totaux les plus hauts concernent tous des escaliers des quais des lignes H et K (voies 30 à 36) : 192 pour l’un, 108 pour l’autre, 63 etc.

 

Mais qu’est-ce qu’un arrêt d’urgence ?

Les chiffres que je viens de donner concernent les seuls arrêts d’urgence, soit lorsque que quelqu’un actionne le gros bouton rouge présent sur chaque escalier mécanique.

Donc je ne parle pas là de panne, de dysfonctionnement ou d’opération de maintenance, mais uniquement des cas où un client décide de stopper le fonctionnement de l’escalator – en principe, lorsqu’il y a une… urgence. Dans la pratique, malheureusement, c’est plutôt dans le seul but de l’emprunter en sens inverse une fois arrêté.

 

Pourquoi l’escalier mécanique n’est pas remis immédiatement en fonctionnement ?

En général, il est remis en fonctionnement rapidement, par les agents de la régie de la gare qui ont accès à la vidéo-surveillance des équipements. Pas immédiatement, car il faut vérifier s’il n’y pas une raison valide pour l’arrêt d’urgence, et si l’escalier est bien vide de tout passager. Mais c’est souvent très rapidement quand même !

Le problème avec un volume d’arrêts d’urgence tel qu’on le constate sur nos quais des lignes H et K, c’est qu’on peut tomber sous le coup d’une règle de maintenance de ces équipements qui est peu utilisée ailleurs, et donc peu connue : au bout de 3 arrêts d’urgence dans un faible laps de temps, l’escalier mécanique doit être laissé au repos pendant 1 heure.

Pourquoi cette règle ? Parce que les arrêts d’urgence sont plus lourds à « encaisser » pour la mécanique. Ce sont des arrêts plus abrupts que les arrêts prévus dans le cadre d’un fonctionnement normal, lors desquels le mécanisme ralentit doucement jusqu’à s’arrêter. En répétant trop fréquemment ces arrêts d’urgence, on augmente drastiquement le risque de casse.

D’ailleurs, même si ce repos forcé limite la casse, le volume d’arrêts d’urgence est tel que ces équipements restent au final plus sujets que d’autres aux dysfonctionnements, et donc ont plus souvent besoin de maintenance.

 

Que peut-on faire ?

D’abord, écartons d’emblée ce qu’on ne peut pas faire, au cas où cela vous ait, comme moi, traversé l’esprit : on ne peut pas retirer le bouton d’arrêt d’urgence, qui est obligatoire sur un escalier mécanique !

Il serait aussi trop simple de tout ramener à l’égoïsme ou à la malveillance de quelques-uns : on constate sur d’autres escalators à travers l’ensemble de la Gare du Nord qu’une quinzaine d’arrêts d’urgence représente un chiffre plus « normal ». Nous sommes sur la zone H&K à 4 fois plus, 10 fois plus etc., selon les quais.

La réflexion que nous avons actuellement s’oriente sur deux aspects, et vous avez suffisamment d’expérience de la Gare du Nord pour y contribuer par vos propres observations :

  • dissuader et orienter
  • comprendre et ajuster.

Dans les deux cas, rien n’est arrêté à l’heure actuelle, et c’est pour cela que c’est le bon moment pour aborder le sujet avec vous.

Nous envisageons d’une part d’informer plus clairement les voyageurs qui arrivent au niveau de l’escalator de la présence d’un escalier (ou d’un ascenseur) tout proche – voire même de s’adresser directement dans un affichage à ceux qui envisagent d’appuyer sur le bouton d’arrêt d’urgence.

Et d’autre part, nous nous interrogeons sur l’opportunité de modifier le timing du changement de sens de ces escaliers mécaniques. Comme vous le savez, ils sont tous en descente le matin car c’est dans ce sens que l’écrasante majorité d’entre vous les empruntent, pour aller vers le métro ; et ils passent en montée aux environs de 10h ou de 15h selon les cas.

 

L’analyse des données disponibles sera bien sûr un facteur déterminant de toute évolution. Mais sur ce genre de constat, qui fait clairement ressortir un problème d’usage des équipements, il nous semble logique de solliciter votre regard à vous, si bien sûr vous empruntez ces escalators à Gare du Nord !

à lire aussi

Un printemps original sur le blog de la ligne H !

Un commentaire pour “Comment empêcher les arrêts fréquents des escalators de Gare du Nord ?”

  1. CecichPasser au statut dit :

    Bonjour. L’escalator en question, je le vois a l’arret 1 jour sur deux et en ce moment au moins une fois par mois (si ce n’est plus hein) il est désossé avec des techniciens qui sont sur le mecanisme…

    Je n’ai jamais vu personne actionner le bouton, il y a peu de chance que cela soit fait en heure de pointe. N’y a t il aucune caméra qui donne sur ces escalators ??

    Par contre personnelement je passe ds ces escalator a 7:30 souvent le matin et je ne les ai jamais vu tous les deux en descente (ou j’ai mal compris ce que vous avez ecrit ??)

    Le pb de tte façon c’est arrivé en bas où 2/3 machines pour sortir de la zone et acceder au metro fonctionnent. Matin et soir on y perd un temps fou.

    La gare du nord aurait bien besoin d’etre repensée sur son nombre d’acces automatisés, ses accès qui ne marchent pas et sur la non existance de sieges pour les voyageurs qui ont parfois 30 a 40 minutes a attendre debout. C’est invraissemblable de ne pas avoir de sieges ou si peut sur les quais.

Laisser un commentaire