MaligneH.transilien.com est un blog de SNCF
Contribuer

Codes mission, à quoi ça sert ?

2
Publié le 3/03/2020

Ces codes sortent-ils de nulle part ? Eh bien non !

VOBA, OPOC, POVA, ODEA, FOGI, POMA, LOMI…  Vous êtes nombreux à vous demander à quoi servent ces codes.

MY NAME IS BOND, JAMES BOND

Il a pour but notamment de donner des indications sur la mission effectuée par votre train.

La première lettre du code mission correspond, à quelques exceptions près, à la destination de votre train. Ainsi, on trouve :

  • A presque comme Paris
  • B comme Beauchamp
  • D comme Saint-Denis
  • F comme Saint-Leu-La-Forêt
  • K presque comme Crépy
  • L comme Luzarches
  • M comme Montsoult
  • O presque comme Pontoise
  • P comme Persan
  • S comme Sarcelles Saint-Brice
  • V comme Valmondois
 

Vous retrouverez ces codes sur les écrans d’affichage « Infogare » ou sur les fiches horaires.

Et pour votre information, la 2ème ou 3ème lettre désigne le type de dessertes (Direct, Omnibus, Semi-direct).

QU’EST CE QUE VOUS APPORTE LE CODE MISSION ?

À vous, pas grand chose mais pour les plus curieux c’est toujours intéressant de savoir à quoi et à qui cela correspond, non?

Les personnes responsables d’assurer la prise en charge lors des travaux sont directement concernées pour que les trains soient reconnus par le système d’informations voyageurs.

En plus, cela permet aux conducteurs d’activer le Système d’Information Voyageurs, de passer des annonces à bord de son train et d’être correctement identifiés.

Plus généralement, il permet à tous les acteurs de la ligne (en plus du conducteur et de l’équipe « travaux ») de connaître la gare d’origine, de destination et la desserte du train.

Imaginons que BOND soit un « code mission », où s’achève son trajet  ? Alors ? 🙂

2 commentaires pour “Codes mission, à quoi ça sert ?”

  1. jsgPasser au statut dit :

    Les écrans Infogare sont maintenant IENA sur la ligne H 🙂
    Le code mission BOND serait sûrement une mission omnibus vers Montigny Beauchamp du coup.

    En revanche je tiens à signaler que la première lettre « T » utilisée pour les trains Creil/Persan/Pontoise est depuis cette année utilisée pour les Paris/Ermont et Persan/Ermont (TOPI) ce qui n’a pas vraiment de sens… Les Persan/Ermont était avant des trains EPOL ce qui est beaucoup plus logique.

    Aussi le T même pour la transversale n’a pas spécialement de sens en première lettre… pourquoi ne pas avoir des trains OTOP, POTO et SOTO ? 😀

  2. baroPasser au statut dit :

    Merci pour ces explications très intéressantes. J’y apporte quelques précisions supplémentaires :

    – Si le principe de la première lettre indiquant la destination du train est commun à toutes les lignes Transilien et RER, chaque ligne a ses règles de nomenclature pour l’utilisation des autres lignes. Effectivement, sur la ligne H c’est la troisième lettre qui indique le type de mission. Mais ce n’est pas toujours le cas sur les autres lignes : la RATP utilise sur les RER A et B la seconde lettre pour indiquer le type de mission, et il y a des lignes qui ont un système plus complexe (Par exemple le RER D, où les secondes, troisième, et quatrième lettres indiquent le type de desserte sur la partie sud de la ligne ; la troisième lettre indiquant la branche desservie).
    – C’est Roger Tallon, le grand designer français à qui on doit la signalétique du RER et le logo du métro (la lettre M inscrite dans un rond) qui a eu l’idée des codes-missions, à l’origine uniquement pour le RER, mais son idée était, à la base, d’utiliser des prénoms pour que ce soit plus joli (PAUL, LARA, SARA…).
    -Enfin, une dernière précision qui n’est pas des moindre : les lignes H et K sont les deux seules lignes Transilien à utiliser la lettre A pour les missions à destination de Paris ; toutes les autres lignes (Lignes J, L, N, P, R) utilisent la lettre P.

Laisser un commentaire