MaligneH.transilien.com est un blog de SNCF
Contribuer

Une ambiance de Limousin aux portes de la capitale

1
Publié le 30/07/2020

Une forêt de châtaigniers calme et vallonnée pour des randonnées plutôt sportives. Un massif encore préservé, à découvrir.

#CPasLoinEnTrain 🚆

Principalement plantée de châtaigniers, la forêt de Montmorency a toujours eu un aspect un peu sauvage, bien différent de la séduction des forêts de l’Ouest parisien. Le Nôtre n’est pas passé là et c’est probablement ce qui ravit Jean-Jacques Rousseau, qui y rêva près de 6 ans. C’est à Montmorency qu’il y écrivit ses œuvres majeurs, le Contrat social et l’Emile, les Rêveries ayant été composées  un peu plus au nord, à Ermenonville. Depuis, la forêt de Montmorency a eu la chance d’être préservée, grâce à ses pentes.

Située, à quinze kilomètres du périphérique, à la lisière de la banlieue nord, la forêt occupe les reliefs d’un plateau bombé par 3 collines qui surplombent de plus de cent mètres les petites villes ayant prospéré à ses pieds.

Dans ses vallons sauvages, les promenades y sont variées et méritent une vraie journée de marche lorsque l’on connait des forêts « stars » de la région parisienne, Fontainebleau, Compiègne et Rambouillet. Avec ses reliefs et ses perspectives dégagées, elle a souvent été surnommées le « petit Jura ».

L’impression de dépaysement est d’autant plus forte que ses fonds sont souvent humides, donc boueux à la mauvaise saison. Les vététistes le savent, qui s’y régalent.

Pour toutes ces raisons Montmorency est déconseillée aux jeunes enfants qui s’y fatiguent vite mais recommandée aux marcheurs, les vrais, ceux qui n’ont pas peur de revenir crottés.

A milieu du massif, le château de la Chasse mérite un coup d’œil mérite un coup d’œil. Joliment posé entre deux étangs, avec des tours coupées en biais, il a été aménagé par l’Office national des forêts, qui y a crée un centre d’information et d’exposition sur la faune et la flore. Deux sentiers de découverte écologique et sylvicole en partent. A l’arrivée, la jolie petite ville de Saint-Leu-La-Forêt, avec ses sentes sans voiture, mérite une visite.

 

Itinéraire 🗺️

Pour se rendre à Montmorency :

  • Descendre du train à la gare de Taverny située à un kilomètre de la lisière forestière.
  • Le chemin d’accès passe devant l’église Notre-Dame, restaurée à la façon médiévale par Viollet-le-Duc au XIXème siècle (balisage rouge et blanc barré de blanc). Pour s’orienter jusqu’au château de la Chasse, une carte est nécessaire. Elle permet de tracer une belle boucle de 8 à 15 km. Le retour s’effectue en 1,5 km de descente jusqu’à la gare de Saint-Leu-La-Forêt (marques jaunes et rouges de la lisière à la gare)

 

 

Cette promenade est extraite d’Un tour à la campagne, petit guide des meilleures randonnées sans voiture, rédigé par Antoine Debièvre, aux éditions Parigramme.

Un commentaire pour “Une ambiance de Limousin aux portes de la capitale”

  1. baroPasser au statut dit :

    Merci pour cette idée de ballade. En effet, la Forêt de Montmorency est un endroit très agréable pour se balader, même si actuellement elle fait un peu triste mine, à cause de la maladie de l’encre qui touche les châtaigniers et contraint l’ONF à les abattre pour les remplacer par d’autres essences d’arbres.

    Juste pour information, à Saint-Leu la Forêt, il y a un Syndicat d’Initiative, qui se trouve au 13 rue du Général de Gaulle (A mi-chemin entre l’église et la salle de la Croix-Blanche) et qui peut aussi fournir des renseignements aux randonneurs qui souhaitent se balader dans la Forêt de Montmorency.

    Et aussi pour information : la plaine de Pierrelaye, desservie à la fois par l’axe Ermont-Valmondois et la branche Pontoise de la ligne H (ainsi que le RER C) deviendra bientôt une nouvelle forêt, et ce sera une idée de ballade supplémentaire que vous pourrez nous proposer (Mais il faut attendre un peu pour pouvoir en profiter car les arbres sont en cours de plantation et il faudra 20 à 30 ans pour que la forêt devienne réalité).

Laisser un commentaire