MaligneH.transilien.com est un blog de SNCF
Contribuer

Un train peut en cacher un autre

2
Publié le 15/10/2020

La semaine dernière nous introduisions notre feuilleton sur les passages à niveau en vous expliquant les différentes catégories de passages à niveau et les typologies de signalisation qui les rendaient visibles.

Cette semaine, nous souhaitons vous sensibiliser sur les risques que vous encourrez en vous affranchissant des règles de sécurité liées au passage à niveau. En effet aux passages à niveau, certaines règles de sécurité doivent être respectées, que l’on soit automobiliste, conducteur de poids lourds, conducteur de deux-roues, cycliste ou piéton.

QUELS SONT LES ACCIDENTS IMPLIQUANT DES PASSAGES A NIVEAU ?

Saviez-vous que 98 % des accidents routiers aux passages à niveau sont dus aux comportements inadaptés des usagers de la route : impatience, habitude entraînant une baisse de vigilance, non-respect du code de la route (vitesse excessive, passage en chicane, non-arrêt au stop, etc.)

Sur les 2% restants, les principales causes des accidents sont les actes de malveillance, la divagation d’animaux, les intempéries, la perte de chargements remorques/poids lourds et le bris de barrières.

 

Un train lancé à 100 km/h met 1 kilomètre pour s’arrêter tandis qu’une voiture met 80 mètres (et 65 mètres à 80 km/h). d’où la priorité donné aux circulations ferroviaires aux PN or 1 Français sur 5 a déjà franchi un passage à niveau en ne respectant pas la signalisation.

 

Les décès aux passages à niveau représentent 1% des accidents routiers mortels.

 

 

Une fois sur deux, une collision entre un train et une voiture est mortelle pour l’automobiliste présent dans son véhicule.

 

 

Les accidents aux passages à niveau représentent 30% de l’accidentologie sur le réseau ferré national.

Entre 2008 et 2018, 30 déraillements de train ont eu lieu suite à une collision à un passage à niveau, impliquant de ce fait un risque de sur-accident.

 

L’accidentologie 2018 est la plus basse sur ces 10 dernières années : entre 2009 et 2018, le nombre de collisions aux passages à niveau a diminué de 30%. Entre 2017 à 2018, le nombre de tués est en baisse de 60%.

Même si l’objectif reste bien sûr de zéro tué ou blessé grave, cette amélioration exceptionnelle résulte d’une prise de conscience accrue des risques aux passages à niveau.

🚗Un passage à niveau n’est pas dangereux lorsque le code de la route est respecté. 🚦

 

LES REGLES DE SECURITE

Aux passages à niveau, certaines règles de sécurité doivent être respectées, que l’on soit automobilistes, conducteurs de poids lourds, conducteurs de deux-roues, cyclistes ou piétons.

🚗 Les 7 règles de sécurité à respecter pour les automobilistes 🚗:

À l’approche d’un passage à niveau, ralentissez et vérifiez si votre véhicule peut traverser la voie ferrée sans danger.
La présence d’un passage à niveau est systématiquement annoncée.

Ne vous engagez jamais sur la voie ferrée si un train approche.
Le code de la route accorde la priorité absolue aux trains (article R422-3).

 

Ne traversez la voie ferrée que si vous êtes certain de pouvoir sortir rapidement de l’autre côté du passage à niveau. Veillez à ce que la route en face ne soit pas   encombrée.

Devant un passage à niveau avec barrières : arrêtez-vous dès que les feux clignotent (article R 412-30 du code de la route) et après le passage du train, attendez l’ouverture complète des barrières pour redémarrer.

Devant un passage à niveau sans barrières : arrêtez-vous au panneau STOP et vérifiez, avant de franchir la voie ferrée, qu’aucun train n’arrive. Un train peut en cacher un autre. À l’approche d’un train, arrêtez-vous avant le passage à niveau. Si un train arrive, il ne pourra pas s’arrêter.

Quand vous attendez le passage d’un train : patience !

  • Un train peut passer très peu de secondes après la fin de l’abaissement des barrières du passage à niveau.
  • Son temps de fermeture n’excède pas les quelques minutes.
  • Le temps d’attente moyen à un passage à niveau est de 45 secondes.
  • Si la fermeture du passage à niveau persiste, alertez un agent SNCF à l’aide du téléphone situé aux abords du passage à niveau.

Si vous êtes immobilisé sur une voie ferrée

  1. Dégagez votre véhicule en enfonçant la barrière. Elle est conçue pour ne pas résister à ce type de choc.
  2. Vous n’y parvenez pas ? Évacuez toutes les personnes du véhicule bloqué sur les voies.
  3. Dans les deux cas, alertez au plus vite un agent SNCF avec le téléphone du passage à niveau.

 

🚲🚶‍♂️Les 3 règles de sécurité à respecter pour les cyclistes et piétons 🚲🚶‍♂️:

  • A pied ou à vélo, ne vous approchez pas trop près des voies et ne marchez pas le long de la voie ferrée. Vous pourriez vous faire surprendre pas l’effet de souffle généré par le passage du train.
  • Ne marchez pas le long de la voie ferrée et n’empruntez jamais celle-ci par le passage à niveau pour accéder au quai de la gare.
  • Utilisateurs de deux roues, mettez pied à terre. La roue de votre vélo peut se coincer dans le plancher du passage à niveau. Descendez de votre deux roues et restez vigilant en traversant.

 

UN CADRE JURIDIQUE CLAIR

La règlementation en vigueur sur les passages à niveau : 

En cas de franchissement d’un passage à niveau fermé : à partir de 135€ d’amende et retrait de 4 points sur le permis de conduire

En cas de non respect de l’arrêt au feu rouge clignotant : à partir de 90€ d’amende, retrait de 4 points sur le permis de conduire et éventuellement, suspension du permis de conduire de 3 ans maximum.

En cas d’excès de vitesse : les mêmes sanctions que celles encourues sur les routes ; à savoir, pour les infractions les plus graves :

  • une amende forfaitaire jusqu’à 3 750 € ;
  • un retrait jusqu’à 6 points sur le permis de conduire ;
  • une suspension de 3 ans du permis de conduire, à partir de 30 km/h au-dessus de la limitation de vitesse ;
  • une immobilisation et/ou confiscation du véhicule, à partir de 40 km/h au-dessus de la limitation de vitesse ;
  • une peine de 3 ans de prison, en cas de récidive d’excès de vitesse supérieure ou égale à 50 km/h.

🛑 Au delà de la réglementation c’est votre vie et celle des autres que vous mettez en danger.🛑

Rendez-vous la semaine prochaine pour notre prochain focus sur la politique sécurité de SNCF Réseau. 

2 commentaires pour “Un train peut en cacher un autre”

  1. baroPasser au statut dit :

    « Le temps d’attente moyen à un passage à niveau est de 45 secondes »

    Au PN de Vaucelles, il peut atteindre 3 à 4 minutes quand c’est un train en direction de Paris Nord qui passe. En effet, la pédale commandant ce PN se trouve de l’autre côté de la gare de Taverny et il faut donc attendre que le train ait marqué l’arrêt dans cette gare ainsi que celle de Vaucelles pour que le PN puisse se rouvrir. Et en heure de pointe, il arrive que le PN reste fermé encore plus longtemps, car 2 voire 3 trains le franchissent successivement sans que les barrières ne se rouvrent entre chaque.

    Du coup, les automobilistes pressés préfèrent forcer le passage, au lieu de passer par le Pont des Picottes situé à une centaine de mètres seulement du PN.

    J’ai lu dans un ouvrage sur la signalisation ferroviaire qu’il existe un dispositif dit de « rétention d’annonce » qui permet de retarder dans certains cas la fermeture des barrières du PN pour limiter le temps d’attente pour les automobilistes. Ce dispositif me paraîtrait adapté pour le PN de Vaucelles, afin d’éviter les temps d’attente très longs occasionnés par le passage des trains circulant en direction de Paris. Anaïs, pourriez-vous SVP me dire si cela est faisable ? Je vous en remercie d’avance.

    • AnaïsPasser au statut dit :

      Bonjour Baro,
      Les équipes de SNCF Réseau, en charge des passages à niveau, étudient régulièrement la faisabilité des améliorations possibles sur les PN.

Laisser un commentaire