MaligneH.transilien.com est un blog de SNCF
Contribuer

Les « poupées russes » de la ligne

8
Publié le 12/04/2018

La ligne H parcourt une bonne partie du Val-d’Oise. Et pourtant, dans ce billet, je vais vous parler des poupées russes. Ce n'est pas un parallèle avec le transport de l’Europe de l'Est, mais une fenêtre sur notre organisation.

Pourquoi parler de poupées russes maintenant ? Parce que le contexte actuel de transport me permet de vous montrer comment s’organise la ligne lors de difficultés.

Service annuel et services adaptés : la théorie

On aimerait pouvoir assurer un service normal tous les jours… Mais, parfois, certains éléments ne nous permettent pas d’assurer ce que vous êtes en droit d’attendre. Pour contrer cela, des services ont été contractualisés avec Ile-de-France Mobilités.

Pour commencer, qu’est-ce qu’un service annuel ?

Le contrat entre Ile-de-France Mobilités et SNCF Transilien prévoit un service de 478 trains par jour. Pour chaque train, il définit l’heure de passage, la desserte et sa composition.

Et le service adapté ?

Le service adapté est une adaptation du service annuel en fonction des disponibilités des agents et du matériel. Il en existe plusieurs qui ont été construits autour des potentielles ressources dont nous disposerons. Le choix du service utilisé se fait en fonction des D2I, sur les 3 métiers nécessaires à la circulation d’un train (Conducteurs, régulateurs et agents de maintenance du matériel), préalablement recensées 48h avant le début du mouvement social. Ce recensement  permet de sortir une tendance des forces en présence et d’appliquer une adaptation du service. Les services adaptés forment avec le service normal « les poupées russes » de la ligne H.

Imaginez une vraie poupée russe… La première des poupées représente le service annuel comme je vous l’expliquais un peu plus haut dans ce billet. Quand on ouvre cette poupée, à l’intérieur, d’autres poupées imbriquées représentent les services adaptés.

Lorsque nous sommes contraints de modifier le plan de transport suite à des perturbations, nous appliquons donc un des services adaptés.

L’avantage d’un système d’adaptation en « poupées russes » est d’éditer un plan de transport plus vite, sans bouleverser toutes les circulations de la ligne et donc de vous informer le plus rapidement possible pour que vous puissiez anticiper au mieux vos déplacements. Il reste quand même les adaptations de circulation sur les particularités du moment, comme par exemple les travaux.

Lors des précédents mouvements sociaux ou lors des dernières situations complexes rencontrées sur la ligne, vous nous aviez fait part de vos difficultés. Ce qui en était ressorti, c’est que la modification des horaires complets, tout en rendant les trains omnibus, avait été très inconfortable pour que vous puissiez voyager sereinement.

La conservation des trains omnibus et semi-directs ?

Vous êtes nombreux à me demander pourquoi les trains omnibus et semi-directs sont conservés.

Dans un service adapté, le nombre de trains circulant sur la ligne est inférieur au nombre de trains qui circulent normalement.

Dans la conception de ces services adaptés, nous devons avec moins de trains, transporter le même nombre de clients et nous savons par les validations et le comptage de nos rames le nombre de personnes qui montent et descendent sur l’ensemble de la ligne.

Au départ de Paris, en fin de journée, beaucoup de voyageurs souhaitent retourner vers le nord de la ligne. Pour pouvoir conserver des rotations rapides associées à des voyages plus longs, nous mixons entre : des trains omnibus mais sur une courte distance et donc des retournements plus rapides, avec des trains allant jusqu’au bout de la ligne et dont le retournement est plus long. (Retournement : retour au point de départ, dans notre cas gare du Nord)

Si nous ne mettions que des omnibus entre les gares les plus éloignées de la ligne nous ne pourrions pas effectuer des rotations plus rapides, et donc il ne serait pas possible d’emmener tous les voyageurs en même temps.

De plus, nous circulons sur certaines portions avec d’autres lignes (RER C entre Ermont et Pontoise, TER Paris-Beauvais entre Paris et Persan, FRET entre Pontoise et Persan, etc…) ; une modification de nos trains aurait un impact sur leur plan de transport

Certes, le fait de choisir la mixité des longues et courtes distances peut sembler non équilibré pour ceux qui se trouvent dans les secteurs desservis par une seule rotation, mais ce choix de transport permet d’offrir des navettes et une offre sur la ligne à un maximum de voyageurs.

Et la maintenance des trains dans cette équation ?

Comme je l’explique un peu plus haut dans l’article, la maintenance des trains fait partie des trois composantes nécessaires à la mise en production d’un train. La sécurité des circulations et la maintenance de nos rames sont des critères indispensables à la bonne circulation de nos trains.

Une grève a un effet immédiat sur la circulation des trains, du fait de l’absence de personnel. Elle a également un effet à moyen terme, lié à la maintenance des trains. Après deux jours de grève, une partie de nos trains (~1/5ème) n’est pas passée au centre de maintenance. Nous devons donc impérativement effectuer ces opérations de maintenance pour vous garantir toute la sécurité et ainsi vous transporter faute de quoi nous diminuerions mécaniquement la capacité de circulation du parc en très peu de temps. Les rames qui ont circulé pendant les 2 jours de grèves sont mises à rude épreuve, en particulier au niveau des portes qui sont plus souvent retenues qu’en temps normal. De plus, celles qui n’ont pas circulé pendant 24h doivent impérativement être contrôlées. Ces procédures sont obligatoires avant leur remise en service.

Après les deux jours de grève, nous disposons donc d’un parc inférieur à la normale. Ce qui nous conduit à adapter notre offre de service malgré le retour « à la normale ».

Et pour conclure sur les modifications d’un plan de transport, modifier le passage d’un train et son tracé impose une modification de l’intégralité des allers-retours du train, des affectations de conducteurs et de leur positionnement pour prendre le train, de la régulation avec l’organisation des aiguilles, de l’accostage à quai et également de leur passage en centre de maintenance.

J’espère que ce cet article vous permet de comprendre un peu plus notre organisation même si je sais que cela ne compensera pas le fait d’être serré lors de vos déplacements.

8 commentaires pour “Les « poupées russes » de la ligne”

  1. baroPasser au statut dit :

    Bonjour Cédric,

    Je savais déjà, car on me l’avait expliqué il y a longtemps, que les grilles horaires appliquées en cas de grève sont construites en même temps que celles appliquées en situation normale. Toutefois, je tiens à rappeler qu’une grille horaire doit être construite dans l’intérêt des usagers et non dans le seul but de facilitér pour vous l’exploitation en permettant un retournement plus rapide des trains, comme c’est effectivement le cas lorsque vous limitez les missions à St Leu.

    La question de l’immobilisation d’une partie du matériel roulant pour maintenance a été évoquée dans un reportage au JT de 20h de France 2, il y a quelques jours.

    Et il est indispensable que vous teniez compte des possibilités de solutions alternatives dont disposent les usagers sur chaque branche de la ligne H. Je rappelle à ce titre que les gares de l’axe Ermont-Valmondois, et en tout cas celles situées au-delà de St Leu, n’ont que peu ou pas d’intermodalité, avec des correspondances bus insuffisantes voir absentes (comme c’est le cas à Vaucelles, seule gare de l’axe Ermont-Valmondois à ne disposer d’aucune correspondance bus), ou un mauvais positionnement des arrêts de bus (Comme par exemple à Frépillon, où l’arrêt de la ligne 95-03, la seule qui dessert la gare, se trouve à près de 500m de cette dernière), et quand les correspondances bus existent, la fréquence de passage de ces derniers est souvent inadaptée (ce que je n’ai pas manqué de souligner dans le cahier de doléances que j’ai remis à Île de France Mobilités) et le service rarement assuré les dimanches et jours fériés (Ce qui pose problème, car la grève actuelle ne touche pas que les jours ouvrés : comme elle a lieu aussi les week-ends, j’ai été obligé de changer mes plans pour pouvoir faire les sorties cinémas que j’ai prévu ce mois-ci). A contrario, les autres branches de la ligne H sont beaucoup mieux loties, avec des dessertes bus qui fonctionnent 7 jours sur 7, la desserte par le RER C pour la branche Pontoise, et la proximité du tram T5 et du RER D pour la branche Montsoult.

    Et il y a également le paramètre sécurité : la SNCF est en effet tenue d’assurer la sécurité des usagers. Or, en raison du faible nombre de trains en circulation, les usagers en viennent aux mains pour pouvoir se faire une petite place dans les quelques rames qui circulent, comme j’ai pu le constaté lundi dernier (L’une des photos que je vous ai envoyé par courriel montre une bousculade qui a eu lieu lors d’un arrêt à La Barre-Ormesson.). Les bousculades se font plus fréquentes, avec le risque qu’un accident ne se produise (Ce qui s’est effectivement passé à la Gare de Lyon au tout début de la grève : suite à une bousculade sur les quais, une personne est tombée sur la voie et a été blessée aux jambes). Et si tel est le cas, la responsabilité de la SNCF serait bien entendu engagée, car ce n’est pas nous, usagers, qui sommes responsables de cette situation.

    • AlPasser en mode normal dit :

      Oui, mais quand la ligne C est aussi en grève (sur Ermont-Pontois : aujourd’hui 1 train sur 4, la semaine dernière aucun train) ? Et si on priorise Vaucelles au détriment de Pierrelaye, est ce qu’on n’avantage pas une gare qui ne dessert que sa population proche vis à vis d’une gare qui dessert un grand bassin de population via des bus de rabattement ? Si on remplace deux omnibus St Leu par un Valmondois, est ce qu’il n’y aura pas encore plus de bousculades à La Barre Ormesson ? Et pourquoi il n’y a plus de direct Paris-Ermont qui m’arrangeraient bien, MOI ?

      On a tous quelque chose à dire sur la grille horaire (en temps de grève ou pas), mais c’est toujours intéressant de savoir comment la grille est construite, et un des gros avantages de ces services perturbés, c’est qu’ils fonctionnent plutôt bien 🙂

    • baroPasser au statut dit :

      @AI : Lorsqu’on regarde le plan de bassin du secteur du Parisis (https://www.vianavigo.com/stif_static/assets_vianavigo/pdf/plan_bassin/plan26.pdf ; j’avais déjà mentionné ce plan, mais je pense que Cédric n’a jamais dû le regarder, ni regarder les horaires des bus sur le site internet des Cars Lacroix.), on se rend bien compte de l’insuffisance de la desserte par bus des gares de l’axe Ermont-Valmondois comparé à l’axe Pontoise. La gare de Pierrelaye, que vous citez, est desservie par le bus Valoise 95-19, qui permet un rabattement sur Ermont-Eaubonne et éventuellement Argenteuil (Car cette ligne a été créée par fusion de deux lignes : l’une la 95-14 reliait Cergy Préfecture à Ermont-Eaubonne et l’autre, la 30-02, reliait Montigny-Beauchamp à Argenteuil). Et on se rend compte également de l’éloignement de la gare de Vaucelles par rapport aux arrêts de bus les plus proches, qui sont à 10 minutes de marche. Et il faut aussi ajouter les fréquences de passages des bus, qui sont plus faibles pour les gares de l’axe Ermont-Valmondois que celles de l’axe Pontoise.

      Donc en conclusion, s’il y a un choix à faire, c’est de donner la priorité à l’axe Ermont-Valmondois (Et sur ce point, j’aimerais que Cédric me fasse une réponse).

  2. ElosPasser au statut dit :

    Bonjour Cédric,
    Merci pour ses explications. Je comprends vos obligations et contraintes.
    Mais cet aménagement des horaires de trains (au delà de St leu) d’1 train par heure à des conséquences, pour ma part, plus embêtantes que d’être serré dans les trains.
    L’accueil des enfants dans les écoles ce fait a compté de 7h15… Donc obligation de prendre le train de 8h05 a Taverny. Ce qui me fait arriver après 9h au travail. Ensuite il faut les recuperer. Donc on a le choix entre dépenser plus dans les moyens de garde ou faire des « mini » de journée de travail et, si on pointe comme moi, risqué de perdre du salaire.
    A cela on rajoute les dépenses lié à la voiture que l’on va forcément devoir prendre plus souvent.
    Je vous remercie.
    Bonne soirée.

  3. Thierrys95Passer au statut dit :

    Bonjour à tous.
    On en revient toujours au même. Certes vos explications « Techniques » Cédric, sont intéressantes et pertinentes………pour la SNCF………..mais pas pour les clients !
    Le résultat reste identique. Nous ne sommes pas écoutés, rien n’est fait pour améliorer en cas de perturbation la situation catastrophique des gares situées au delà de St Leu La Forêt. On est donc quasiment forcés d’utiliser son véhicule personnel pour aller récupérer un train sur cette commune, qui ne dispose par ailleurs que de très peu de places de stationnement à la gare.
    Frais supplémentaires, partir encore plus tôt le matin, rentrer le soir à pas d’heure.

  4. baroPasser au statut dit :

    Pour info, j’ai examiné les trois grilles horaires S1, S2, et S3 appliquées sur l’axe Ermont-Valmondois en cas de grève (On a eu le droit au S1 lors des trois premières paires de jours de grève et au S3 lors des jours de « retour à la normale », et cette semaine, au S2). Voilà mon analyse : Dixit les chiffres officiels de la SNCF, le S1 correspond à 1 train sur 3, le S2 correspond à 1 train sur 2, et le S3 correspond à 2 trains sur 3. Ces chiffres peuvent s’avérer justes si on prend le taux moyen de circulation de l’ensemble des branches de la ligne H, mais en fait si on considère le taux de circulation par gare (ce qui compte pour Île de France Mobilités), ils sont surestimés. Pour l’axe Ermont-Valmondois, ça donne les chiffres suivants :

    – S1 = en heure de pointe, 1 train/heure Valmondois/Persan + 1 train/heure terminus St Leu. En heure creuse, 1 train toutes les deux heures. Soit 1 train sur 4 pour l’ensemble des gares de l’axe,
    – S2 = en heure de pointe, 2 trains/heure Valmondois/Persan + 2 train/heure terminus St Leu. En heure creuse, 1 train toutes les deux heures. Soit 1 train sur 2 pour l’ensemble des gares de l’axe,
    – S3 = en heure de pointe, 2 trains/heure Valmondois/Persan + 4 train/heure terminus St Leu. En heure creuse, 1 train toutes les heures. Soit 1 train sur 2 entre St Leu et Valmondois et 3 trains sur 4 entre Ermont-Eaubonne et St Leu .
    (Pour rappel, en service normal, on a en heure de pointe 4 trains / heure semi-directs Valmondois/Persan + 4 trains /heure omnibus St Leu, et en heure creuse 2 trains par heure omnibus Valmondois/Persan).

    En conclusion, seul le S2 est conforme au taux de circulation annoncé par la SNCF pour l’ensemble des gares de l’axe Ermont-Valmondois. Le S1 est pour toutes les gares de cet axe en deçà du taux d’un train sur trois annoncé par la SNCF. Le S3 est conforme aux chiffres annoncés par la SNCF pour les gares du tronçon St Leu – Ermont-Eaubonne, mais pas pour les gares situées au-delà de St Leu. D’autre part, aucun des trois services proposés par la SNCF ne respecte la consigne d’Île de France Mobilités qui est d’effectuer uniquement des missions desservant l’ensemble des gares de la ligne. Ce qui justifie donc d’indemniser les usagers de l’axe Ermont-Valmondois compte-tenu de l’insuffisance du plan transport assuré pendant la grève.

    • baroPasser au statut dit :

      … Petit rectificatif : pour le S2, c’est un train toutes les heures en heure creuse, mais les taux de circulation que j’ai calculés à partir de la grille horaire sont corrects.

  5. Ludo95Passer au statut dit :

    Bonjour Cédric,

    Pourquoi pendant les jours de grève vous ne mettez pas en place une liaison entre Valmondois et Ermont-Eaubonne (terminus) afin d’avoir plus de rotation sur ce parcours et permettre aux personnes de cette branche une possibilité d’avoir accès aux correspondances possibles à Ermont-Eaubonne (lignes C et J). Cela serait un bon compromis.

    Bonne journée

Laisser un commentaire