MaligneH.transilien.com est un blog de SNCF
Contribuer

Luttons tous contre le harcèlement !

9
Publié le 6/03/2018

Victimes ou témoins donnons l'alerte !

Le harcèlement constitue une véritable entrave à la mobilité et à l’accès aux transports publics. Dans le but d’aider à sa prévention, la région Île-de-France, Île-de-France Mobilités, SNCF et RATP s’unissent pour vous livrer tous les dispositifs d’alerte.

Ne minimisons jamais le harcèlement

Le harcèlement sexuel est un sujet moral dans notre société, il y a presque autant de femmes harcelées que de témoins en situation d’harcèlement. Nous parlons de femmes car différentes enquêtes révèlent que ce sont elles qui sont le plus souvent concernées.

Dans les transports en commun, nous sommes tous sujets à ce genre de situation à risque. Alors victimes ou témoins, donnez l’alerte ! 

Le harcèlement sexuel est un délit, réprimé par l’article 222-33 du Code pénal et les personnes coupables sont passibles de peine d’emprisonnement. Il est donc important de signaler rapidement une agression et de porter les faits commis à la connaissance de la police ou de la gendarmerie.

Comment puis-je donner l’alerte ?

Nos agents pendant vos trajets

Pendant vos trajets, vous avez la possibilité de signaler une situation de harcèlement auprès des agents des gares, de la sûreté et également Les médiateurs Promevil.

Le 31 17 et 31 17 7 toujours disponibles

Un service actif 24h/24 et 7j/7 et joignable de plusieurs manières possibles :

  • Par téléphone : appelez le 31 17 (appel et numéro enregistrés même si masqués / service et appel gratuits).
  • Par SMS : au numéro 31 17 7 (SMS et numéro enregistrés même si masqués / prix d’un SMS de votre opérateur).
  • En utilisant l’application mobile 31 17

Des bornes d’alarme sur les quais

1 380 bornes d’appels sont présentes sur l’ensemble des gares Transilien avec un opérateur qui répond 7j/7 et 24h/24.

La bonne information pour mieux vous accompagner?

Lorsque vous donnez l’alerte, il est important d’être le plus précis possible sur les informations dont vous disposez :

  • Caractérisez le harcèlement sexuel (injures, exhibition, frotteur, attouchements, agression sexuelle…)
  • Décrivez l’agresseur (sexe, âge, détails physiques, tenue vestimentaire…)
  • Précisez où cela s’est passé (le lieu, l’heure, la station, la gare ou le véhicule, la direction du véhicule…)

Que se passe-t-il ensuite ?

Lorsque vous alertez le 31 17, le 31 17 7 ou sur une borne d’appel d’urgence, vous êtes mis en relation avec l’un des 45 agents qui se relaient 24h/24, 7j/7 sur la plateforme.

Après analyse, votre alerte est transmise au Commandement National de Sûreté SNCF ou au Poste de Commandement de Sécurité de la RATP. Ces centres de contrôle supervisent tous les réseaux franciliens RATP et SNCF (Métro, RER, Transilien, Bus, Tramway) et accèdent au visionnage des caméras de vidéoprotection : plus de 50 000 déployées sur le réseau RATP et 24 000 sur le réseau SNCF.

Dès que l’incident est localisé, les agents pilotent et envoient sur place les équipes de sûreté RATP et SNCF les plus proches. Ces agents travaillent également avec les forces de police qui patrouillent en permanence sur le réseau.

Un environnement plus sécurisant

La généralisation de la vidéoprotection

En complément de la présence humaine, Ile de France Mobilités, SNCF et RATP déploient des moyens techniques importants, au premier rang desquels la vidéoprotection, outil indispensable dans la chaîne de sécurisation et d’aide à la décision.

17 000 caméras dans les trains et 9 000 caméras dans les gares du réseau Transilien.

Le centre de coordination opérationnelle de sûreté (CCOS)

Face aux menaces auxquelles fait face le réseau de transport – incivilités, délinquance, terrorisme – Valérie Pécresse a souhaité une meilleure efficacité des forces de sécurité dans les transports et a enclenché le regroupement de l’ensemble des acteurs (police nationale, gendarmerie nationale, RATP, SNCF, Optile et les futurs opérateurs du Grand Paris Express) au sein d’un poste de commandement unique sous l’autorité de la Préfecture d’ici à fin 2019.

La rénovation des espaces

Un programme de 3 milliards d’euros est engagé pour la rénovation des gares d’Île-de-France d’ici à 2025. Celles-ci deviennent plus accessibles, plus accueillantes et offrent
davantage de services (toilettes, espaces de micro-working, commerces…).

Des trains plus sécurisés et plus sécurisant

À la tête d’Île-de-France Mobilités, Valérie Pécresse a engagé une politique ambitieuse d’accélération des renouvellements et rénovations des trains en Île-de-France pour améliorer la régularité des lignes et le confort des voyageurs : trains « BOA » (pas de cloison de séparation), vidéoprotégés.

En résumé, donnons l’alerte au bon moment

Un billet dense mais le sujet est important et je ne souhaite pas le minimiser. Je vous propose une vidéo qui résume tout ce qui est dit précédemment :

9 commentaires pour “Luttons tous contre le harcèlement !”

  1. _illetalonPasser au statut dit :

    Bonjour, j’introduis volontairement la controverse. La communication de la SNCF est excellente si ce n’est que dans un train à 21h, le 3117 est inefficace.
    J’ai une fois utilisé ce service pour déclarer une incivilité. Aucune réponse, ni un accusé de réception me confirmant une intervention.

    En gros, je n’y crois pas. Malgré toute votre volonté, le 3117 s’avérera inutile. Ce qu’il faut c’est des agents SNCF dans les trains dès 19h.

    Recruter du personnel, placer les dans les trains et là les voyageurs seront alertes et enclins à dénoncer.

    J’ai vécu sur la ligne h des bagarres, des heurts entre voyageurs.

    Il y a deux semaines, à Ermont Eaubonne, un homme éméché fumant une cigarette est monté dans le train.

    Des personnes l’ont interpellé, une bagarre s’est déclenché à Cernay. Vous avez des infos?

    Ce dispositif n’aura pas mon crédit.

  2. _illetalonPasser au statut dit :

    Prenons un cas pratique.

    Vous êtes seul sur le quai en attente de votre train à 22h. Trois mal intentionnés viennent vous racketter sur le quai. 3117?

    Rien ne remplacera du personnel.

    Les agents Promevil sont bien gentils et utiles mais où sont-ils après 20h?

    Merci de vos réponses

    • CédricPasser au statut dit :

      Bonjour _illetalon,
      Je suis d’accord, rien ne remplacera l’accompagnement humain. Et les agents Promevil font un réel travail d’accompagnement et nous avons pu, grâce à leur présence, aider une demoiselle victime d’harcèlement pour qu’elle puisse être prise en charge et identifier l’agresseur. Cela a permis de l’arrêter et de le remettre entre les mains des services de police.
      Et j’invite vraiment à signaler que ce soit à l’agent de gare, avec les services distants et même d’aller à la Police/Gendarmerie une situation d’harcèlement.
      Pour ce que vous avez vécu, non je n’ai pas eu d’informations mais je peux me renseigner.
      Sur des situations liées à la sureté, nous sollicitions la Police pour ensuite gérer les plaintes et convocations et donc nous n’avons pas la suite des procédures engagées.
      Bonne journée.

  3. Thierrys95Passer au statut dit :

    Le 3117 est inefficace et ne remplacera jamais la présence physique de personnel « humain ». (Agents SNCF, médiateurs, SUGE………)
    J’ai par 2 fois alerté le 3117 pour des situations certes « non extrêmes », mais qui auraient dû déclencher une intervention justement « humaine »………. il ne s’est strictement rien passé.
    – Présence d’un SDF un matin dans la rame, cette personne aurait peut-être eu besoin d’assistance……….
    – Présence un soir dans une rame du (très) célèbre « Prédicateur fou » de la ligne H, bien connu, qui harrangue les foules en criant très fort et en se prenant pour un envoyé de Dieu. Certes ce personnage peut à priori paraître comme innofensif. Cependant, sa présence a déjà par le passé déclenché des réflexes très agressifs de passagers, prêts à le jeter sur les voies, j’en ai été le témoin !
    Encore une fois, pas d’écho au 3117.

    • CédricPasser au statut dit :

      Le 31 17 ne fait pas intervenir, lors de votre envoie de message, une brigade de Police ou d’agent de médiation. Les personnes qui gèrent ce service sollicitent les équipes sur la ligne, informent les forces de police suivant les informations reçues de la personne qui a sollicité le 31 17. Ensuite, une équipe est envoyée sur le train ou la gare dont les faits ont pu être identifiés.
      Si vous sollicitez les agents de la SUGE ou des médiateurs pour une situation de harcèlement ou d’incivilités dans le train via le 31 17, nous allons envoyer une équipe mais le temps qu’elle arrive sur les lieux, elle interviendra peut être sur les gares ou trains qui suivent pour avoir plus de chance d’interpeller les « perturbateurs » dans leurs déplacements. Nous informons également les agents des gares qui seront desservies.
      Comme je l’ai écrit précédemment, nous avons avec l’aide de Promevil, des voyageurs à proximité qui ont pu identifier et interpeller l’agresseur d’une demoiselle.
      Pour un autre exemple sur l’intervention après un signalement précis au 31 17, des personnes ont jeté des cailloux sur un train lors de son passage, avec le signalement d’un passager, nous avons pu les interpeller avec l’aide de la police.
      Je ne suis donc pas d’accord avec vous. Le 31 17 est un numéro, au même titre que le 17 ou le 18, à utiliser pour des situations qui empêchent de voyager tranquillement.
      Concernant le « prédicateur », nos agents de la Suge ont de nombreuses fois interpellé l’individu en l’invitant à quitter les emprises SNCF. Il a été aussi de nombreuses fois remit au service de police.

  4. _illetalonPasser au statut dit :

    Manifestement, vous ne comprenez pas que le soir après 20h, votre dispositif souffre d’un manque criant d’agents.

    Aussi dans mon cas pratique auquel vous ne répondez pas, remplaçons l’homme par une femme…

    Bien sur, Cédric, si je venais à observer un cas de harcèlement j’interviendrais.

    Mais nous faire croire que cela résoudra nos problèmes est bien faux.

    Ensuite, ces caméras malheureusement ne peuvent qu’être consultés par les forces de l’ordre, une fois le crime déroulé.

    Le 3117 est bien insuffisant en cas de situations d’isolement et tardifs la nuit.

    • CédricPasser au statut dit :

      Bonjour _illetalon,
      Bien sûr que je comprends que les fins de journées et les nuits soient des moments où l’insécurité est la plus forte.
      Et ne pensez pas que je n’ai pas parcouru la ligne a plusieurs moments de la journée, que ce soit tôt le matin sur les premiers trains, tard le soir avec les bus noctiliens ou de substitutions et j’ajoute que suis moi-même un utilisateur quotidien de la ligne.
      Pour revenir sur votre exemple, que ce soit un homme, une femme, un étudiant, une personne âgée ou avec un handicap, l’utilisation du 31 17 ou un appel au 17 sont des outils de signalement. Ce service d’appel permet d’avoir une personne qui puisse prendre en compte votre détresse ou, si vous êtes témoin, d’aider sans vous mettre vous-même en danger ainsi que la personne en détresse. Cela permet à un opérateur de déclencher une intervention. Et, restons réaliste, le temps d’intervention et de prise en charge ne se fait pas de manière instantanée comme pour toutes interventions.
      Pour les caméras, elle ne peuvent être saisies que par demande des forces de l’ordre si et seulement si la victime porte plainte.
      Bonne journée.

  5. FripettePasser au statut dit :

    Bus de substitution ou transport de bétail ?

    Bonsoir Cédric,

    Hier, Lundi 5 mars 2018, bus de substitution à Stade de France/St-Denis pour Enghien.
    Départ prévu 00h07, arrivée prévue 00h38:
    véritable pagaille à Stade de France, un seul bus en vue. Les « gilets rouges » m’ont répondu que celui-ci était « le seul bus ».
    Résultat, bus plus que bondé, le conducteur a demandé à certains de descendre.

    C’est une personne croisée dans une rue (un passant? un agent en civile? aucun badge SNCF visible en tout cas) qui m’a indiqué un autre bus pour Enghien plus loin…

    Ma question est: à quoi servent ces gilets rouges avec leur « Accueil et Information » écrit dans le dos s’ils ne sont pas eux-mêmes informés ?

    Ce soir, Mardi 7 mars 2018, le même bus de substitution de 00h07 à Stade/St-Denis:
    3 bus RATP hyper bondés direction Ermont. Un individu indélicat profite pour se serrer davantage contre une demoiselle qui a protesté. Impossible de bouger, ni de se décaler, ni de lui mettre une droite (je plaisante…), ni de sortir son téléphone pour 3117, lorsque les bus sont plus que bondés.

    Franchement, un quatrième bus n’aurait pas été un refus pour voyager dans de meilleures conditions.
    …Et la SNCF nous parle de harcèlement dans les transports dans l’article, alors que nous avons la nette impression, que tout n’a pas été mis en œuvre pour voyager au mieux…?

    En espérant que dès demain, les conditions de voyage en bus de substitution seront plus agréables.

    Merci et bonne journée.

    • CédricPasser au statut dit :

      Bonjour Fripette,
      Oui je suis bien conscient que les substitutions de bus ne remplacerons jamais la capacité d’un train. Et qu’à une heure aussi tardive, les solutions restent limitées aux bus de substitution proposer par nos prestataires.
      Ce que je note également c’est l’information qui vous a été transmise par une personne, quelle que soit cette personne, une bonne information. Une entraide appréciable quand beaucoup de monde cherche à rentrer chez soi. Les gilets rouges sont présents pour vous aider à vous déplacer. Ils peuvent se renseigner par talkie ou par information directement prise auprès du régulateur des bus. Mais, aux vues de la description de la situation, c’est surtout des bus supplémentaires qui auraient permis de transporter le plus de personne rapidement.
      Je viens de transmettre votre commentaire à la personne en charge des commandes de bus de substitution pour que ce soit partagé avec les compagnies de bus.
      Bonne journée et n’hésitez pas à me tenir au courant de vos conditions de transport. Je les ferai suivre.

Laisser un commentaire